Archive for the ‘Brèves’ Category

Trafic routier et émissions de CO2 : le point à l’entame du Plan Énergie-Climat 2020-2030

mardi, mars 3rd, 2020

L’ANALYSE

Le trafic routier en Belgique continue sa progression, à peine ralentie par la crise de 2008 : entre 1970 et 2018, il a été multiplié par 3,7.

De manière plus détaillée, on constate que :

  • le trafic automobile évolue en phase avec le trafic global jusqu’au début des années 2000 pour croître ensuite un peu moins vite ; au total le trafic de voitures a crû de 246% entre 1970 et 2018 ;
  • le trafic des véhicules lourds (camions et autobus/autocars) a atteint un maximum en 2007, pour connaître une sévère chute entre 2007 et 2009 ; le trafic croît à nouveau entre 2012 et 2018, sans avoir retrouvé à ce jour son « record » historique ;
  • les autres véhicules (surtout les camionnettes) connaissent une croissance plus rapide que le trafic total depuis le début des années 90 ; ce trafic est depuis quelques années soutenu structurellement par le développement du commerce en ligne ; au total ce trafic a été multiplié par 8 depuis 1970.

Les émissions de CO2 liées au trafic routier global ont enregistré un maximum en 2008, pour ensuite se stabiliser autour de l’indice 250 (1970=100) au cours des dernières années.

L’évolution des émissions de CO2 est influencée par de multiples facteurs : elle est le résultat combiné des évolutions du trafic par type de véhicules (voitures, camions…), du kilométrage moyen par type de véhicule et par type de réseau, des motorisations, des progrès technologiques, du poids moyen des véhicules, des vitesses, des embouteillages, des comportements.

Au total, les émissions de CO2 par km parcouru, tous véhicules confondus, ont baissé tendanciellement d’un peu moins d’un tiers entre 1970 et 2018.

Sur le long terme le trafic routier a augmenté plus que le PIB ; le trafic a été multiplié par 3,7 entre 1970 et 2018 contre 2,9 pour le PIB ; cependant, si le trafic croît plus vite que le PIB entre 1970 et 1994, le trafic augmente tendanciellement moins vite que le PIB depuis lors.

Des données plus détaillées disponibles à partir de 1990 permettent de regarder de plus près le trafic automobile, qui, tant en pourcentage du trafic que des émissions, prend la plus grande place dans la mobilité routière ; son importance relative dans le trafic décline cependant tendanciellement ; sa part dans les émissions de CO2 s’est stabilisée à un peu moins de 60% depuis 2008.

Les émissions de CO2 par km parcouru par les automobiles ont baissé d’une petite vingtaine de pourcents en trente ans (de 1990 à 2018). Encore faut-il noter que les statistiques officielles n’intègrent pas l’impact des « bio »carburants.

Il faut ici rappeler que la dieselisation du parc automobile a, toutes choses égales par ailleurs, contribué à faire baisser les émissions par km parcouru. La part des émissions de CO2 liées au diesel est passée de 33% à 72% entre 1990 et 2012, pour amorcer une décrue depuis lors ; en 2018 on en est à 69%.

ET DEMAIN ?

Si on prolonge les tendances passées en faisant l’hypothèse d’une croissance économique moyenne située entre 1,0% et 1,5% entre 2018 et 2030, les émissions devraient rester plus ou moins stables, à leur niveau actuel (voir graphique du haut la page suivante) ; si on suppose par ailleurs que l’objectif de réduction des émissions du trafic sera a minima le même que l’objectif global (-35% en 2030 par rapport à 2005) et que la baisse sera amorcée à partir de 2021, les émissions devraient diminuer d’environ 800 kt (kt = 1.000 tonnes) par an (ce qui représente un peu plus de 3% des émissions actuelles) pour descendre à environ 16.500 kt en 2030.

Ce qu’il faut faire pour y arriver est connu : réduire le nombre de déplacements et/ou les distances moyennes parcourues, glisser vers des modes de déplacement « doux » (marche et vélo) ou en tout cas moins polluants (le train plutôt que la voiture ou l’avion), changer les motorisations (ex : plus de GNL dans le transport des marchandises par route et plus d’automobiles en tout ou en partie électrifiées), des voitures moins lourdes, le co-voiturage, etc.

Quatre observations à cet égard :

  • les émissions liées aux biocarburants (et aux voyages aériens internationaux aussi) sont comptabilisées à part
  • la bonne conscience qu’apportent certaines innovations (typiquement : les voitures électrifiées) peut générer un effet rebond : plus de déplacements 
  • certains glissements, par exemple un recours accru aux bus, n’annulent pas toutes les émissions de CO2
  • enfin, rappelons que le mode d’enregistrement des émissions de CO2 du transport routier n’intègre que les émissions directes ; les émissions liées à la production d’électricité et à la fabrication des batteries sont comptabilisées ailleurs (dans un autre secteur et/ou dans un autre pays).

Sans politique ambitieuse ni changement fort des comportements l’objectif 2030 ne sera pas atteint. On n’y est pas, à ce jour en tout cas. C’est pour cela que j’estime que la mise en place d’une redevance kilométrique est indispensable, notamment parce qu’elle permet de peser aussi sur le trafic étranger, qui impacte les émissions sur le territoire belge. Une telle redevance doit, pour être efficace, être modulée en fonction de divers paramètres : type de motorisation, heures de circulation, poids du véhicule, etc. Et elle doit, autant que possible, remplacer les fiscalités existantes. 

Au vu de la lenteur probable (pour des raisons politiques, sociologiques, financières) qui présidera au recul des émissions de CO2 liées au trafic routier, il faut réduire les vitesses maximales et les faire respecter avec plus de fermeté. On peut raisonnablement estimer qu’une réduction de 20 km/h sur les réseaux à deux bandes et plus et de 10 km/h sur le restant du réseau devrait permettre de réduire d’environ 10% les émissions et, donc, toutes choses égales par ailleurs, de gagner 3 ans par rapport à l’objectif 2030.

Enfin, un examen détaillé des données disponibles montre qu’il faut les manier et interpréter avec circonspection ; l’importance de l’enjeu devrait amener les gouvernements concerner à les améliorer.

Plus d’informations dans la note jointe.

Le revenu d’intégration – évolutions 1995-2020 | Het leefloon – ontwikkelingen 1995-2020

dimanche, janvier 12th, 2020

(Tekst in het nederlands hieronder)

Une conclusion centrale : au total, on peut considérer que de nombreux revalorisations du revenu d’intégration ont permis d’en améliorer le pouvoir d’achat et de réduire l’écart avec le revenu médian global ; mais on est encore très loin d’assurer un montant au moins égal au seuil de pauvreté et encore moins d’assurer un niveau de vie permettant une réelle participation des personnes devant se contenter du revenu minimum.

Le revenu d’intégration a bénéficié d’une liaison au bien-être (= augmentation hors-index) de 1,25% en janvier 2020 et suivra l’évolution de l’indice-santé (+2%) en mars.
C’est l’occasion de faire le point sur quelques évolutions absolues et relatives de ce dispositif important de notre protection sociale. Voici les principales conclusions de la première Brève de l’IDD de 2020 :

  1. Le revenu d’intégration (minimex jusqu’en 2001) pour une personne isolée aura augmenté de 92% entre début 1995 et mars 2020. Cette augmentation se décompose entre 27% de revalorisations et 52% de liaison aux prix (= indexation). La hausse est légèrement supérieure – 95%, se décomposant entre 29% de revalorisations et 52% d’indexation – pour le revenu d’intégration des personnes ayant charge de famille.
  2. Les 27% d’augmentation pour le revenu d’intégration d’un.e isolé.e sont le résultat cumulé de 13 revalorisations hors index. A prix constants, le revenu d’intégration isolé.e.s est passé de 731 €/mois en janvier 1995 à 940 €/mois en janvier 2020.
  3. Le pouvoir d’achat réel du revenu d’intégration a augmenté plus que le pouvoir d’achat moyen de la population globale : +17% entre 1995 et 2020 contre +8% pour la moyenne de la population.
  4. Le rapport revenu d’intégration / seuil de pauvreté officiel évolue de manière relativement stable depuis une dizaine d’années autour de 74% pour un.e isolé.e (72% en 1996) et autour de 66% (64% en 1996) pour un ménage de deux cohabitant.e.s. Le « progrès » sur le long terme est pour le moins modeste.
  5. Depuis 2007, le rapport revenu d’intégration / revenu médian global (estimation de l’IDD à considérer avec grande prudence) s’améliore : il passe de 34% à 39% (35% en 1996) pour un.e isolé.e et de 30% à 35% (31% en 1996) pour un ménage de cohabitant.e.s. L’amélioration est quelque peu plus marquée mais reste modeste, surtout que la hausse semble arrêtée depuis trois ans.

Au total, on peut considérer que des ajustements du revenu d’intégration ont permis d’améliorer le pouvoir d’achat et de réduire l’écart avec le revenu médian global ; mais on est très loin d’assurer un montant au moins égal au seuil de pauvreté et encore moins d’assurer un niveau de vie permettant une réelle participation des personnes devant se contenter du revenu minimum.

Plus dans la note jointe.

——————————————————————————————————————————————-

Het leefloon – ontwikkelingen 1995-2020

Een centrale conclusie: over het geheel genomen hebben de aanpassingen van het leefloon geleid tot een verbetering van de koopkracht en een verkleining van de kloof met het totale mediane inkomen; maar we zijn nog ver verwijderd van het garanderen van een bedrag dat ten minste gelijk is aan de armoedegrens en nog minder van het garanderen van een levensstandaard die het mogelijk maakt dat mensen die het met het minimuminkomen moeten doen, daadwerkelijk kunnen deelnemen. 

Het leefloon is in januari 2020 met 1,25% gekoppeld aan het welzijn (= de stijging buiten de index om) en zal in maart de evolutie van de gezondheidsindex (+2%) volgen.

Dit is een gelegenheid om de balans op te maken van enkele absolute en relatieve evoluties van dit belangrijke onderdeel van ons sociaal beschermingsstelsel. Dit zijn de belangrijkste conclusies van de eerste Brève de l’IDD van 2020 :

  1. Het leefloon voor een alleenstaande zal tussen begin 1995 en maart 2020 met 92% zijn gestegen. Deze stijging kan worden opgesplitst in 27% welvaartaanpassingen en 52% prijskoppeling (= indexering). De stijging is iets hoger – 95%, verdeeld over 29% welvaartaanpassingen en 52% indexering – voor het leefloon voor een persoon die samenwoont met een gezin te zijnen laste.
  2. De reële stijging van 27% voor het leefloon van een alleenstaande is het cumulatieve resultaat van 13 herwaarderingen buiten de index om. Tegen constante prijzen is het leefloon van een alleenstaande persoon gestegen van 731 €/maand in januari 1995 tot 940 €/maand in januari 2020.
  3. De echte koopkracht van het leefloon is meer toegenomen dan de gemiddelde koopkracht van de totale bevolking : +17% tussen 1995 en 2020 tegenover +8% voor de gemiddelde bevolking.
  4. De verhouding tussen het leefloon en de officiele armoedegrens is de afgelopen tien jaar relatief stabiel geweest, op ongeveer 74% voor een alleenstaande (72% in 1996) en ongeveer 66% (64% in 1996) voor een huishouden met twee samenwonenden. De « vooruitgang » op lange termijn is op zijn zachtst gezegd bescheiden.
  5. Sinds 2007 is de verhouding leefloon / algemeen mediaan inkomen verbeterd : van 34% naar 39% voor een alleenstaande (35% in 1996) en van 30% naar 35% voor een huishouden met twee samenwonenden (31% in 1996). De verbetering is iets duidelijker, maar blijft bescheiden, vooral omdat de stijging de laatste drie jaar lijkt te zijn gestopt.

Al met al hebben de aanpassingen van het leefloon geleid tot een verbetering van de koopkracht en een verkleining van de kloof met het totale mediane inkomen; maar we zijn nog ver verwijderd van het garanderen van een bedrag dat ten minste gelijk is aan de armoedegrens en nog minder van het garanderen van een levensstandaard die het mogelijk maakt dat mensen die het met het minimuminkomen moeten doen, daadwerkelijk kunnen deelnemen.

Lees meer in de bijgevoegde nota.

Une majorité de belges en faveur d’un revenu de base

vendredi, août 16th, 2019

(Nederlandse vertaling hieronder)

59% des belges sont favorables à un revenu de base ; 7% y sont même très favorables. C’est là le principal résultat d’une enquête dont l’Institut pour un Développement Durable vient de prendre connaissance.

D’autres résultats :

  • y sont plus favorables les jeunes (63%) que les aînés (55%) et les revenus petits et modestes (64%) que les revenus supérieurs (53%)
  • les Bruxellois sont très favorables à un revenu de base (77%), plus que les Wallons (64%) et que les Flamands (53%)
  • les gens qui se déclarent de gauche sont plus favorables à l’idée d’un revenu de base (68%) que ceux qui se déclarent de droite (51%) ; au centre ils sont 57% à adhérer à l’idée
  • ceux et celles qui estiment que le gouvernement doit réduire les différences de niveaux de revenus y sont plus favorables (61%) que ceux et celles qui ne le pensent pas (49%).

D’autres résultats dans la note jointe.

————————————————————————————————-

Een meerderheid van de Belgen voor een basisinkomen

59% van de Belgen is voorstander van een basisinkomen; 7% is zelfs zeer positief. Dit is het belangrijkste resultaat van een onderzoek dat het Instituut voor Duurzame Ontwikkeling zojuist heeft ontvangen.

Andere resultaten:

  • jongeren (63%) zijn gunstiger dan ouderen (55%) en kleine en bescheiden inkomens (64%) dan hogere inkomens (53%)
  • de Brusselaars zijn sterk voorstander van een basisinkomen (77%), meer dan de Walen (64%) en de Vlamingen (53%
  • mensen die zich links verklaren, zijn gunstiger voor het idee van een basisinkomen (68%) dan degenen die zich rechts verklaren (51%); in het centrum zijn ze 57% om zich aan het idee te houden
  • degenen die vinden dat de overheid de inkomensverschillen moet verminderen, zijn gunstiger (61%) dan degenen die dat niet doen (49%).

Meer resultaten in de bijgevoegde nota.

La durée dans l’emploi des salariés belges

mercredi, mai 8th, 2019

L’Enquête sur les forces de travail pose notamment la question suivante : « Depuis quand travaillez-vous dans votre emploi actuel ? » (Q13 dans le Questionnaire 2018)

La Brève n°28 de l’IDD propose une première exploitation des réponses à cette question.

Premiers constats :

  • 30% des salariés sont dans leur emploi actuel depuis plus de 15 ans
  • 13% depuis plus de 25 ans
  • 38% le sont depuis moins de 5 ans.

Quelles évolutions entre 2005 et 2017 ? Deux évolutions plus marquées que d’autres :

  • depuis 2011 une baisse de la part des salariés dans leur emploi depuis moins de 5 ans
  • une hausse jusqu’en 2014 de la part des salariés dont la durée dans l’emploi  se situe entre 5 et 14 ans.

L’évolution de la part des moins de 12 mois colle assez bien avec les fluctuations conjoncturelles : une montée entre 2005 et 2007, période de croissance économique soutenue, suivie d’un recul et un très léger redressement en 2011 et depuis 2014, périodes de reprise (modeste).

Quelques autres observations :

  • il y a plus de salariés qui sont à l’emploi depuis au moins 10 ans dans le secteur public que dans le secteur privé
  • la part des salariés du secteur public dans le total des salariés qui sont à l’emploi depuis plus de 25 ans baisse de 45% à 36% entre 2005 et 2017
  • les salariés à temps partiel sont quelque peu moins nombreux chez les salariés dont la durée de l’emploi est inférieure à 5 ans et quelque peu plus nombreux chez les travailleurs dans leur emploi actuel depuis plus de 25 ans
  • la part des travailleurs à temps partiel dans les salariés à l’emploi depuis plus de 25 ans a augmenté beaucoup plus vite que la part des salariés à temps partiel dans l’ensemble de la population
  • 96% des salariés de 15-24 ans sont dans l’emploi actuel depuis moins de 5 ans ; 65% des salariés de 55-64 ans sont dans l’emploi actuel depuis plus de 15 ans.

Cette note ne fait qu’effleurer cette importante dimension dans le monde du travail, à la fois pour le salarié et pour son employeur. Mais il y a un début à tout.

Plus d’informations dans la note jointe et dans le fichier statistique.

Le redressement du taux d’emploi en Wallonie – Que penser des déclarations de Willy Borsus ?

lundi, avril 15th, 2019

Voici ce qu’a déclaré le Premier wallon, Willy Borsus, dans Le Soir du samedi 13 avril 2019 : « Prenez le taux d’emploi des 20-64 ans, c’est très, très intéressant. On parle bien du nombre occupées sur cette tranche d’âge. En 2018, ce taux a augmenté de 0,5% pour se situer à 63,7% alors qu’il n’avait progressé que de 0,4% sur les 10 années précédentes dominées par la gestion socialiste. »

L’IDD a examiné d’un peu plus près les tenants et aboutissants de ce constat.

La partie politique de ce constat est, me semble-t-il, le résultat d’une analyse peu rigoureuse, parce qu’elle se base sur des données résultant d’enquêtes (qui doivent inciter à une certaine prudence dans l’interprétation de variations relativement modestes), parce que l’emploi est la résultante de nombreuses influences (principalement : la conjoncture et les politiques économiques), parce que les impacts sur l’emploi de ces facteurs explicatifs se manifestent dans la durée (l’impact s’étale souvent sur plusieurs trimestres voire années), parce que dans la période de 10 ans mentionnée par Borsus il y a la crise qui a débuté en 2008 et, enfin, parce que le gouvernement fédéral met déjà à son compte une partie importante des créations d’emplois (à supposer que cela soit vérifié on ne peut pas revendiquer deux fois les mêmes créations d’emplois ; on peut d’ailleurs commencer à se demander à la lecture de tous ces bulletins de victoire si la conjoncture internationale joue encore un rôle…).

On ne videra pas cette question avec cette Brève mais on peut au moins comprendre un peu mieux  comment a évolué le taux d’emploi des 20-64 ans depuis 2004 en Wallonie.

Le taux d’emploi est effectivement à la hausse au cours des deux dernières années, alors qu’il a plus ou moins stagné au cours des années précédentes, quel que soit l’indicateur retenu. Mais on peut prolonger cette observation par deux considérations :

  1. Le redressement du taux d’emploi des 20-64 ans commence dès 2015.
  2. Il faut rappeler que l’évolution du taux d’emploi est la résultante combinée des évolutions de l’emploi et de la population. Regardons ce qu’il en est des 20-64 ans en Wallonie depuis 2004 :
  • la population des 20-64 ans n’évolue quasiment plus depuis 2014 ce qui, à créations d’emplois égales, gonfle le taux d’emploi par rapport aux années précédentes ;
  • les ordres de grandeur des créations nettes d’emploi à partir de 2015 sont du même ordre de grandeur que celles d’avant la crise de 2008.

A chacun de tirer les conclusions qu’il souhaite de ces quelques observations basiques mais j’invite le Premier wallon à tenir compte, à tout le moins, de la stagnation de la population des 20-64 ans au cours des dernières années dans l’analyse de l’évolution du taux d’emploi.

Plus d’informations dans la note jointe.

Plus de 10.000 jeunes wallons bénéficient d’un Revenu d’intégration « étudiant »

mardi, avril 2nd, 2019

La Brève de l’IDD n°26 vise à actualiser, pour la Wallonie, les données concernant les jeunes bénéficiant d’un Revenu d’intégration « étudiant ».

Les principales observations :

  • La proportion de jeunes wallons de 18 à 24 ans aux études est en augmentation constante, passant d’environ 52% en 2010 à environ 60% en 2017.
  • Fin 2017, il y avait 184.000 jeunes de 18 à 24 ans aux études. Parmi les jeunes de 20-24 ans, quasiment la moitié est aux études (supérieures).
  • Fin 2017, il y avait en Wallonie 9.500 jeunes âgés de 18 à 24 ans bénéficiaires d’un RI étudiant, dont 5.800 âgés de 20 à 24 ans.
  • La barre des 10.000 bénéficiaires a été franchie fin 2018.
  • Le nombre de bénéficiaires d’un RI étudiant âgés de 18 à 24 ans a augmenté de 80% entre 2010 et 2017, avec un « saut » en 2016.
  • La proportion de jeunes de 18-24 ans aux études bénéficiaires d’un RI est passé de 3,1% en 2010 à 5,2% en 2017.
  • La proportion est plus élevée chez les 20-24 ans (5,4% en 2017) que chez les 18-19 ans (4,8%).

Plus d’informations dans la note jointe.

Les émissions de CO2 et l’impact sur le réchauffement de l’aviation

mardi, avril 2nd, 2019

La Brève de l’IDD n°25 a pour ambition de faire le point sur les émissions de gaz à effet de serre liées à l’aviation.

Deux conclusions majeures :

  • on peut estimer que l’aviation représente aujourd’hui environ 3% des émissions de CO2 liées à la combustion (la fourchette habituellement citée est de 2% à 3%);
  • on peut estimer que l’aviation représente – hors effet « cirrus » – entre 3% et 3,5% des émissions globales de gaz à effet de serre mesurées en équivalent CO2 ; si on ajoute l’effet « cirrus », pour lequel, rappelons-le, il y a de grandes incertitudes, on obtient un impact global de l’ordre de 4,2% à 4,8%.

Plus de détails dans la note jointe.

Le point sur les familles monoparentales en Wallonie

mardi, avril 2nd, 2019

Le lancement le 7 mars 2019 d’un site spécifique consacré aux « Familles monoparentales » sur le portail de l’Action sociale wallonne est l’occasion de faire le point ; la dernière Brève de l’IDD propose quelques données qui permettent de mieux cadrer cette réalité :

  • au 1er janvier 2018 il y avait en Wallonie 192.000 ménages monoparentaux, contre 121.000 en 1991
  • la part des ménages monoparentaux dans le total des ménages privés est très stable autour de 12% depuis 2006
  • il se fait, cependant, que cette statistique ne correspond pas entièrement aux images véhiculées en matière de familles monoparentales, y compris dans la communication autour de ce nouveau site, à savoir une femme seule avec des jeunes enfants et/ou des enfants aux études ; deux constats essentiels à cet égard :

– 20% des chefs de ménage monoparentaux ont 60 ans ou plus ; difficile de faire coller les 60 et plus avec le public visé par la politique wallonne !
– 20% des enfants de ménages monoparentaux ont 25 ans ou plus

  • 83% des chefs de ménage monoparentaux de moins de 60 ans sont des femmes ; la proportion des hommes est en légère croissance depuis le début des années 2000 ;
  • un quart des enfants wallons de moins de 25 ans vivent dans une famille monoparentale ; cette proportion est stable depuis 2007
  • les chefs de ménage monoparentaux sont en moyenne économiquement plus précaires que les parents en couple ; c’est ce qu’indiquent notamment les statistiques du taux de pauvreté ; quelques indicateurs plus originaux  :

– les taux d’activité et d’emploi des chefs de famille monoparentale sont plus faibles que ceux des parents vivant en couple et les taux de chômage plus élevés ; les écarts sont particulièrement importants chez les jeunes parents ;
– au sein des chefs de ménage monoparentaux on observe à tous les âges un taux d’emploi significativement supérieur chez les hommes ; les femmes monoparentales subissent donc une double discrimination ;
– la proportion de parents seuls bénéficiaires du revenu d’intégration est très élevée par rapport aux autres parents, en particulier aux âges les plus jeunes ; exemple : dans la catégorie des 18-24 ans, la proportion est de 37% (!) pour les parents seuls contre 7% pour les autres parents ;
– ici aussi il y a une différence hommes-femmes en matière de revenu d’intégration ; c’est ainsi, par exemple, que la proportion de parents seuls bénéficiaires du revenu d’intégration est environ deux fois plus élevée chez les femmes que chez les hommes à partir de 30 ans.

Deux conclusions politiques :

  1. Il faut arrêter de considérer les ménages monoparentaux comme un grand tout indistinct ; on ne peut, par exemple, considérer de la même manière une maman seule avec deux jeunes enfants et un parent seul de 60 ans qui vit avec un enfant de 35 ans financièrement autonome.
  2. Il faut se donner les moyens de mieux comprendre les constats socio-économiques concernant les parents seuls : ceux-ci sont-ils plus souvent précaires que d’autres parents parce qu’ils se sont retrouvés seuls ou des parents économiquement précaires ont-ils un plus grande probabilité de se séparer ? Il y a probablement des deux explications ; raison de plus pour investiguer plus avant.

Plus d’informations dans la note jointe.

Emploi : les performances (relatives) de la Belgique

dimanche, février 17th, 2019

(Tekst in het nederlands hieronder)

On peut supposer que les « performances » de la Belgique en matière de créations d’emploi feront partie des thématiques abordées pendant la campagne électorale à venir.

Cette Brève de l’IDD veut alimenter ce débat avec trois séries d’indicateurs :

  • les évolutions globales en matière d’emploi et d’heures de travail, en distinguant trois périodes : 2005-2019, 2008-2019 et 2014-2019 
  • les évolutions de l’emploi dans quelques grands secteurs économiques pour la période 2014 à 2018
  • les évolutions en matière de contrats temporaires pour la période 2014 à 2018.

Les évolutions pour la Belgique sont comparées à celles de l’Union, de la zone EURO et de la moyenne des trois pays pris en considération dans la loi sur la compétitivité (Allemagne, France et Pays-Bas).

Les grandes tendances 

La Belgique fait mieux en matière d’emploi et d’heures travaillées que les zones de pays retenues comme points de comparaison sur la période 2005-2019 et 2008-2019 mais moins bien sur la période 2014-2019, celle du gouvernement Michel ; pour cette dernière période la zone Allemagne-France-Pays-Bas et la Belgique font cependant jeu égal en matière de création d’emplois = +5,2%.

On notera encore que, sur la période 2014-2019, la croissance de l’économie belge est inférieure à celle des trois zones économiques de comparaison.

Ceci dit, la Belgique se caractérise sur le long terme par de meilleures performances en matière de création d’heures de travail par point de croissance économique mais les performances relatives de la Belgique par rapport à la zone EURO12 et par rapport à la zone Allemagne-France-Pays-Bas stagnent depuis 2013.

Les créations d’emploi dans les grands secteurs économiques

Sur la période 2014-2018, on constate que

  • la Belgique a encore perdu des emplois industriels alors que les zones économiques de comparaison en ont créé ;
  • la Belgique a fait mieux que la zone Allemagne-France-Pays-Bas dans la construction et les services marchands ;
  • la Belgique a créé moins d’emplois dans les services non marchands.

Les emplois temporaires

Pour autant qu’on puisse tirer des conclusions au vu du changement de méthodologie intervenu dans l’Enquête sur les forces de travail début 2017 il semble que la proportion des emplois temporaires soit orientée à la hausse en Belgique, en absolu et en relatif.

Plus de détails dans la note jointe.

—————————————————————————————————–

Werkgelegenheid : (relatieve) prestaties van België

Aangenomen mag worden dat de « prestaties » van België wat betreft banenschepping één van de thema’s van de komende verkiezingscampagne zal zijn.

Deze IDD Brève beoogt dit debat te voeden met drie reeksen indicatoren:

  •     globale trends op het gebied van werkgelegenheid en het totaal van gewerkte uren, waarbij onderscheid wordt gemaakt tussen drie perioden: 2005-2019, 2008-2019 en 2014-2019
  •     de ontwikkeling van de werkgelegenheid in de grote economische sectoren voor de periode 2014-2018
  •     de ontwikkeling van de tijdelijke contracten voor de periode 2014-2018.

De ontwikkelingen voor België worden vergeleken met die van de Europese Unie, de eurozone en het gemiddelde van de drie landen waarmee rekening is gehouden in de Wet op het concurrentievermogen (Duitsland, Frankrijk en Nederland).

De belangrijkste trends

België doet het beter op het vlak van tewerkstelling en gewerkte uren dan de economische zones die als ijkpunten werden geselecteer in de periode 2005-2019 en 2008-2019, maar minder goed in de periode 2014-2019, namelijk die van de regering Michel; voor de laatste periode is België net zo goed als de Duitsland-Frankriijk-Nederland zone op het vlak van jobcreatie = +5,2%.

Ook moet worden opgemerkt dat de groei van de Belgische economie over de periode 2014-2019 lager ligt dan die van de drie vergelijkingszones.

Toch wordt België op lange termijn gekenmerkt door betere prestaties in termen van het creëren van werktijden per punt van economische groei, maar de relatieve prestaties van België in vergelijking met de EURO12-zone en de Duitsland-Frankrijk-Nederlandse zone sinds 2013 stagneren.

Schepping van banen in de belangrijkste economische sectoren

Over de periode 2014-2018 is te zien dat

  •     België heeft verder banen in de industrie verloren, terwijl de economische vergelijkingszones nieuwe banen hebben gecreëerd;
  •     België presteerde beter dan de Duitsland-Frankrijk-Nederlandse zone in de bouw- en marktdiensten;
  •     België heeft minder banen gecreëerd in de niet-marktdiensten.

Tijdelijke banen

Voor zover we conclusies kunnen trekken na de verandering van methodologie in de arbeidskrachtenenquête begin 2017, lijkt het aandeel van de tijdelijke banen in België een stijgende lijn te vertonen, zowel in absolute als in relatieve termen.

Meer details vindt u in de bijgevoegde nota.

Dans quels types de ménages vivent les seniors en Wallonie ?

dimanche, février 17th, 2019

Il y a trois raisons au moins pour s’intéresser aux types de ménages dans lesquels vivent les seniors :

  1. On peut supposer que la nature et l’intensité des recours à des services à domicile varient selon la composition du ménage.
  2. On peut supposer que la nature du ménage et son évolution peuvent avoir un impact sur la mobilité résidentielle des aînés.
  3. Le taux de pauvreté est, toutes choses égales par ailleurs, plus élevé pour les personnes seules (et pour les personnes très âgées).

Explorer les liens entre la composition des ménages et ces trois dimensions des réalités vécues par nos aînés dépasse l’ambition d’une Brève de l’IDD. Celle-ci a pour seule objet de présenter quelques données pour la Wallonie.

Le tableau ci-après présente une vue d’ensemble au 1er janvier 2017:

Trois tendances essentielles peuvent être dégagées pour la période 1991-2017 :

  1. une stabilité de la proportion des personnes qui vivent seules, sauf pour les 75-84 ans où elle est en recul ;
  2. une augmentation tendancielle de la proportion de personnes âgées qui vivent en couple, en particulier pour les 75 et plus ;
  3. un recul de la proportion des ménages vivant dans d’autres types de ménages (couples avec enfants, chefs de famille monoparentale, etc.), en particulier chez les plus de 85 ans.

Les écarts entre communes peuvent être très importants ; illustration avec la proportion de personnes de 85 et plus qui vivent seules.

Plus d’informations dans la note jointe et son annexe.