La formation continue en Belgique…

Quelques données pour alimenter le débat sur le congé-éducation….

Par exemple, en 2005:

  • 30% des belges en âge de travailler avaient un diplôme de l’enseignement supérieur ;
  • la proportion de personnes disposant d’un diplôme de l’enseignement supérieur est évidemment plus élevée pour lesgénérations les plus jeunes ; c’est ainsi que 42% des jeunes belges de 25 29 ans (ceux dont on peut considérer qu’ils ont pour la plupart d’entre eux terminé leur formation initiale) ont obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur ; ceci implique cependant qu’environ 60% des jeunes sortent de leur formation initiale avec au maximum un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur ;
  • le taux d’activité (c’est- -dire la proportion de personnes d’une catégorie d’âge qui participent – soit comme travailleur, soit comme chômeur – au marché du travail) est lui aussi dépendant du diplôme obtenu ; si 75% des belges hors étudiants en âge de travailler sont actifs, 91% des universitaires le sont contre seulement 57% des personnes ayant au maximum un diplôme de l’enseignement secondaire inférieur ;
  • 6% des belges ont participé au cours du mois précédent l’interview une activité de formation continue (définie de manière large : cours, séminaires, conférences…) ;
  • les personnes ayant obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur participent beaucoup plus des activités de formation continue : 16% pour les universitaires, contre 2% seulement pour les personnes n’ayant pas été plus loin que l’enseignement secondaire inférieur ;
  • la grande majorité – 76% – des personnes qui ont suivi une activité de formation continue déclarent l’avoir fait pour un « motif lié l’emploi, actuel ou futur » ; c’est moins souvent le cas pour les 50-64 ans ;
  • plus de la moitié des personnes en emploi qui ont participé une activité de formation l’ont fait principalement ou totalement pendant les heures de travail ; cette proportion est cependant inférieure 50% pour les jeunes de 15-29 ans ;
  • 17% des belges ont participé au cours de l’année écoulée une activité de formation continue ;
  • les formations pour apprendre se servir de l’informatique constituent pour toutes les personnes en formation le domaine le plus suivi.

Certaines des observations ci-dessus méritent d’être détaillées suivant le genre. On notera en particulier :

  • chez les 25-29 ans, les femmes sont désormais (depuis le début des années 2000) plus nombreuses que les hommes obtenir un diplôme universitaire ; et cela fait déj plusieurs années qu’elles représentent environ 60% des diplômé(e)s de l’enseignement supérieur non universitaire ;
  • quel que soit l’âge et quel que soit le niveau du diplôme obtenu, le taux d’activité des femmes est inférieur celui des hommes, même pour les jeunes universitaires ;
  • les femmes de plus de 40 ans sont beaucoup plus nombreuses que les hommes déclarer suivre une formation pour un « motif d’ordre personnel ou social » ;l
  • les femmes en emploi sont plus nombreuses que les hommes suivre leur formation en dehors de leurs heures de travail (probablement parce qu’elles recourent plus souvent au travail temps réduit).

Leave a Reply