Le Développement Durable : entre mythe et utopie

Depuis son entrée officielle dans le monde, en 1987 avec la publication du fameux rapport Brundtland, le développement durable a connu un succès probablement sans précédent dans l’histoire des idées. En l’espace d’une génération, il a pris possession de l’espace public mondial, des moyens de communication de masse, des centres de recherche scientifique, des étagères des libraires. Le site « amazon.fr », par exemple, ne recense pas moins de 2673 livres en français dont le titre comprend le vocable « développement durable ». Une recherche identique avec « sustainable development » sur le site « amazon.com » permet d’identifier 39264 ouvrages. Aucune entreprise soucieuse de son image ne peut ignorer le développement durable, et d’autant moins que son activité s’en éloigne davantage. Les rapports annuels de ces entreprises les plus branchées affichent fièrement leur « triple bottom line », leur triple bilan économique, social environnemental. Les Etats-nations la pointe en la matière l’ont inscrit dans leur charte fondamentale et une municipalité un tant soit peu branchée se doit d’avoir un Agenda 21.
Toute cette agitation, un peu désordonnée et pas toujours très honnête intellectuellement, ne va pas sans susciter des interrogations quant la signification réelle et l’utilité pratique de ce concept. Après des années d’unanimisme peut-être suspect, le doute s’installe petit petit….

Paul-Marie Boulanger

LIRE LA SUITE…

One Response to “Le Développement Durable : entre mythe et utopie”

  1. Je vais relire soigneusement cet article car il le mérite. Mais après une première lecture rapide je suis très étonné de n’y voir le nom de Nicholas Georgescu-Roegen mentionné qu’une seule fois et ….. en passant !

    Bien cordialement,

    Philippe D. Grosjean

Leave a Reply