Archive for août, 2019

Une majorité de belges en faveur d’un revenu de base

vendredi, août 16th, 2019

(Nederlandse vertaling hieronder)

59% des belges sont favorables à un revenu de base ; 7% y sont même très favorables. C’est là le principal résultat d’une enquête dont l’Institut pour un Développement Durable vient de prendre connaissance.

D’autres résultats :

  • y sont plus favorables les jeunes (63%) que les aînés (55%) et les revenus petits et modestes (64%) que les revenus supérieurs (53%)
  • les Bruxellois sont très favorables à un revenu de base (77%), plus que les Wallons (64%) et que les Flamands (53%)
  • les gens qui se déclarent de gauche sont plus favorables à l’idée d’un revenu de base (68%) que ceux qui se déclarent de droite (51%) ; au centre ils sont 57% à adhérer à l’idée
  • ceux et celles qui estiment que le gouvernement doit réduire les différences de niveaux de revenus y sont plus favorables (61%) que ceux et celles qui ne le pensent pas (49%).

D’autres résultats dans la note jointe.

————————————————————————————————-

Een meerderheid van de Belgen voor een basisinkomen

59% van de Belgen is voorstander van een basisinkomen; 7% is zelfs zeer positief. Dit is het belangrijkste resultaat van een onderzoek dat het Instituut voor Duurzame Ontwikkeling zojuist heeft ontvangen.

Andere resultaten:

  • jongeren (63%) zijn gunstiger dan ouderen (55%) en kleine en bescheiden inkomens (64%) dan hogere inkomens (53%)
  • de Brusselaars zijn sterk voorstander van een basisinkomen (77%), meer dan de Walen (64%) en de Vlamingen (53%
  • mensen die zich links verklaren, zijn gunstiger voor het idee van een basisinkomen (68%) dan degenen die zich rechts verklaren (51%); in het centrum zijn ze 57% om zich aan het idee te houden
  • degenen die vinden dat de overheid de inkomensverschillen moet verminderen, zijn gunstiger (61%) dan degenen die dat niet doen (49%).

Meer resultaten in de bijgevoegde nota.

La question du quatrième colibri

vendredi, août 2nd, 2019

En 2007, Pierre Rabhi créait, avec d’autres, le mouvement des « colibris » en vue d’inciter chaque citoyen à « faire sa part » dans la transition écologique et la lutte contre le dérèglement climatique. Il s’inspirait d’une parabole mettant en scène un colibri qui, pour inciter les animaux de la forêt à lutter contre un incendie qui les menace, vole inlassablement entre la rivière et le foyer d’incendie pour recueillir dans son bec une goutte d’eau et la laisser tomber sur les flammes. La morale de cette parabole est que si chacun « fait sa part », en fonction de ses capacités, même si celles-ci semblent ridiculement inadaptées à l’ampleur de la tâche, tout devient possible. L’image est belle et stimulante mais nous incite à nous interroger davantage sur ce que signifie « faire sa part » et de combien d’espèces différentes de colibris se compose l’écosystème de la transition écologique.

Ce paragraphe introduit un texte de Paul-Marie Boulanger, que vous trouverez en cliquant sur ce lien. Cette réflexion, très intéressante, inaugure une nouvelle rubrique sur le site de l’IDD : « Aire libre ».